Angélique Ricard Du geste: processus et arrêts

Peinture

Vernissage : 06 mai 2018 à 14h
06 mai 2018 au 10 juin 2018

Son projet d’exposition se veut une réflexion autour du geste originel des artistes, et de son rapport instantané encore possible à la matière. Le progrès n’épargne pas le domaine des arts; les moyens d’expressions sont démultipliés, les frontières entres les disciplines sont abolies, l’atelier devient une abstraction.  L’art peut être tout, partout et dans tout.  En ce sens, elle répond par un rappel du geste essentiel, de la matérialité brute.  Elle propose 15 tableaux qui témoignent de ses recherches récentes, lesquelles priorisent l’authenticité du geste créateur spontané, valorisent la matérialité et questionnent le réflexe anthropomorphique.

« Ma démarche consiste à investir un espace-temps bidimensionnel.  J’accumule un état qui vise l’homéostasie, en tant qu’une idée qu’il se réfère à lui-même, grâce à une gestuelle déployée dans l’instantanéité.  Le médium de la peinture me permet de fixer dans le réel, sans interférence, une trace authentique du fait continuel de l’œuvre. »

Angélique Ricard
Étudiante au baccalauréat en arts visuels à l’UQTR depuis 2014, le projet artistique qu’elle présente au Centre culturel Pauline-Julien est une première exposition solo. En parallèle, Angélique Ricard a exploré la création littéraire. En 2013, elle publiait un premier roman intitulé Parvenir à ses faims. En 2016, elle a reçu de la part de la Société des écrivains de la Mauricie le prix Clément-Marchand pour sa nouvelle Tout le monde est gentil.

"Sans titre"

"Sans titre"

Acrylique et fusain